Comme toute la France, la Région Ile de France connaît des situations de désert médical et de médecine à double, triple, x vitesses.

Une médecine inégalitaire

Déremboursements, création du « forfait un euro » et des franchises médicales, augmentation des cotisations des mutuelles, accroissement anarchique et délirant de dépassement des honoraires médicaux… Le gouvernement de Nicolas Sarkozy laisse de la médecine dériver et ne se préoccupe pas de l'accès aux soins des familles moyennes et modestes.

Devant ces difficultés croissantes des franciliens, le Conseil Régional a décidé d'intervenir pour assurer une médecine de grande qualité, de proximité et accessible à tous.

La Région va participer au financement de réseaux de santé généralistes et de certains réseaux de santé spécialisés, ainsi que des maisons de santé pluridisciplinaires, des centres de santé et des maisons de garde. Il s'agit de financer des travaux ou l'achat d'équipements de matériel afin d'aider à la création de ces réseaux et de ces lieux qui permettent une prise en charge mieux organisée et plus facile des patients.

L'ouverture de nouveaux lieux permettra de proposer une offre de soins dans un périmètre de proximité. Les centres de santé en particulier, répondent à une demande de prise en charge en tiers-payant nécessaire pour l'accès aux soins des plus modestes.

Des déserts médicaux

Depuis 2002, la droite au gouvernement est incapable de lutter contre la création des déserts médicaux, des périmètres où il faut des kms et attendre des mois pour consulter un médecin, un kiné ou une infirmière.

En Ile de France, 102 communes sont touchées par le manque ou l’absence de médecin et de personnel paramédical. 

Sans disposer des moyens de coercition de l'État, la Région se donne les moyens de lutter contre la désertification médicale.

Elle va créer une aide financière à la scolarité des étudiants en médecine ou de personnes en formation sanitaire et sociale à condition que ceux-ci souhaitent accomplir des stages dans les zones sous dotées en personnels médicaux ou s'installer à la fin de leurs études dans ces zones. Ainsi, le conseil régional va inciter les jeunes médecins à aller s'installer dans les villes où il faut rééquilibrer l'offre de santé, remplissant son rôle de garant de l'égalité des franciliens sur tout son territoire.