La crise économique touche durement les parisiens depuis 2009 : entre janvier 2009 et 2010, le chômage a augmenté de 16,4 %, avec 112 600 demandeurs d’emploi en janvier 2010.

Paris n’a pas attendu la crise pour apporter aux parisiens son soutien pour l’insertion professionnelle et le retour à l’emploi : la ville met à disposition des chômeurs, le programme départemental d’insertion, les missions locales pour l’emploi et les forums de recrutement et de formation.

En 2010, Paris va proposer 20 000 mesures individuelles de retour à ‘l’emploi à des bénéficiaires du RSA : orientation, mesure qualifiante, mesure de placement en emploi.

Pour cela, le budget s’élèvera à  59,6 millions d’euros, en hausse de 1 million d’euros par rapport à 2009.

Embauches en contrat unique d’insertion (qui débouchent à  40% sur une sortie en emploi), extension du Plan local d’insertion par l’emploi 18 - 19e au 20e arrondissement, avec pour objectif la prise en charge de 250 allocataires RSA dans le 20e (en 2009, 1 960 personnes ont été prises en charge par ce plan dans les 18 et 19 e arrondissements), accompagnement complet de 300 bénéficiaires du Rsa de basse qualification vers le retour à l’emploi et suivi de 1 000 autres personnes pendant 6 mois entiers.

L’accompagnement des chômeurs doit pallier aux difficultés de Pôle emploi qui n’a pas les moyens des objectifs que lui fixe le gouvernement. A ce sujet, la mairie met aussi à disposition de Pôle emploi, 55 agents dans les Espaces insertion, dont la mission est d’accompagner les bénéficiaires du Rsa pour mobiliser tous les moyens offerts par Pôle emploi (orientation, formation, offres d’emploi).

L’économie sociale et solidaire est aussi productrice d’emplois

Paris va se doter de deux nouvelles régies de quartier, ce qui en fera 13 dans tout Paris. Les régies de quartier existantes représentent actuellement 250 emplois d’insertion.

Paris soutient aussi le développement des bric-à-brac solidaires d’Emmaüs Défi.

Dans le cadre du RSA, le département doit suivre les allocataires les plus éloignés de l’emploi (les mieux intégrés sont accompagnés par Pôle emploi). Avec l’augmentation du nombre de bénéficiaires du Rsa et la fin des allocations chômage pour un grand nombre de personnes en  2010 ( 1 million sur toute la France), Paris veut augmenter le taux de suivi des allocataires (signature des contrat d’insertion) avec une plus grande attention portée aux jeunes, aux jeunes mères (accueil de leurs enfants) et aux artistes, population particulière à Paris puisque 8 000 bénéficiaires du RSA appartiennent à cette catégorie. Une plateforme d’appui leur propose un suivi de deux ans pour professionnaliser leur projet et les guider vers des opportunités d’emploi.

Cette politique ambitieuse montre à quel point le conseil de Paris est attentif aux besoins des parisiens et se préoccupe du dynamise économique de la ville.