La politique de la famille est déjà très développée en France. Elle permet à de nombreuses femmes de concilier vie professionnelle et vie familiale bien mieux que dans  la plupart des autres pays européens, ce qui vaut à la France à la fois un fort taux de femmes actives et une natalité plus élevée.

François Hollande veut conserver cette politique volontariste tout en la rendant plus juste afin de lutter contre les inégalités sociales dès le plus jeune âge. On sait que les inégalités de situation sociale ont des conséquences dès le début de la vie sur l’insertion puis la réussite scolaire, mais aussi la santé.

 

Baisser le plafond du quotient familial

Le quotient familial est depuis la Libération un outil puissant de la politique familiale qui permet de compenser les charges d’une famille par rapporta u niveau de vie des personnes sans enfant.

Cependant, tel que créé à l’origine, cet avantage fiscal croît avec les revenus des parents. La proposition de François Hollande est de baisser le plafond du quotient familial à 2 000 euros pour chaque demi-part. Cette mesure va toucher les 5 % des familles, celles qui sont le plus aisé.

 

Augmenter l’allocation de rentrée scolaire

L’argent économisé avec le plafonnement du quotient familial servira à augmenter l’allocation de rentrée scolaire de 25 %.

Rappelez-vous ! à chaque rentrée scolaire, des députés Ump se livrent à la pire des caricatures sur cette allocation, accusant les « pauvres » d’être des « salauds de profiteurs, des assistés »…..

Le parti socialiste croit au contraire que cette allocation est un droit non seulement pour les familles modestes mais aussi les familles moyennes. Elle sert à compenser les charges d’éducation si importante pour l’avenir des enfants, mais aussi l’avenir de la France.

C’est un investissement dans l’avenir de notre futur, de nos futurs citoyens.

 

Accueillir les moins de trois ans en maternelle

Encore un progrès social de 1997-2002 sur lequel la droite est revenu.

L’intégration scolaire précoce est d’autant plus importante que la famille de l’enfant est modeste, alors même que ce sont souvent les familles des catégories socio-professionnelles les plus élevées qui sont sensible à cette intégration précoce.

La réduction des effectifs de l’éducation nationale, la fermeture de classes a non seulement mis fin à l’accueil des enfants de moins de trois ans, mais empêche même parfois l’accueil des enfants de plus de trois ans ! (au prétexte que l’école n’est obligatoire qu’à partir de six ans).

François Hollande s’est engagé à créer 12 000 postes par an (soit 60 000 en tout) dans l’éducation nationale.

Cette politique a parmi ses objectifs de permettre à nouveau l’accueil des enfants de moins trois ans dans les écoles maternelles afin de permettre aux enfants des familles les plus modestes de mieux s’intégrer dans le système scolaire et de mieux profiter de l’enseignement scolaire.